Le sapin de noël

Sapin de noel

La première utilisation documentée d’un arbre lors des fêtes de Noël et du Nouvel An fait l’objet d’une dispute entre les villes de Tallinn en Estonie et de Riga en Lettonie ! Les deux villes affirment avoir eu les premiers arbres, Tallinn en 1441 et Riga en 1510. Les deux arbres ont été dressés par la « Confrérie des points noirs », une association de marchands locaux célibataires, d’armateurs et d’étrangers en Livonie (aujourd’hui l’Estonie et la Lettonie).

On sait peu de choses sur ces deux arbres, si ce n’est qu’ils ont été placés sur la place de la ville, que la confrérie des points noirs a dansé autour d’eux et qu’ils ont ensuite été incendiés. C’est comme la coutume du « Yule Log« . Le mot utilisé pour l’ »arbre » peut également signifier un mât ou une perche, l’arbre peut avoir été comme un « arbre du paradis » ou un candélabre en bois en forme d’arbre plutôt qu’un « vrai » arbre.

Sur la place de Riga, la capitale de la Lettonie, se trouve une plaque sur laquelle est gravé « Le premier arbre du nouvel an à Riga en 1510 », en huit langues.

En 1584, l’historien Balthasar Russow a écrit à propos d’une tradition, à Riga, d’un sapin décoré sur la place du marché où les jeunes hommes « allaient avec un troupeau de jeunes filles et de femmes, y chantaient et y dansaient d’abord, puis mettaient le feu au sapin ». Il existe une trace d’un petit arbre à Breman, en Allemagne, datant de 1570. Il est décrit comme un arbre décoré de « pommes, noix, dates, bretzels et fleurs en papier ». Il était exposé dans une « maison de corporation » (le lieu de rencontre d’une société d’hommes d’affaires de la ville).

Sapin et décoration

La première personne à avoir apporté un sapin de Noël dans une maison, telle que nous la connaissons aujourd’hui, est peut-être le prédicateur allemand du 16ème siècle, Martin Luther. On raconte qu’une nuit avant Noël, il marchait dans la forêt et qu’il a levé les yeux pour voir les étoiles briller à travers les branches de l’arbre. C’était si beau, qu’il est rentré chez lui et a dit à ses enfants que cela lui rappelait Jésus, qui a quitté les étoiles du ciel pour venir sur terre à Noël. Certains disent que c’est le même arbre que le « Riga », mais ce n’est pas le cas ! L’arbre de Riga a été créé quelques décennies plus tôt.

La coutume d’avoir des sapins de Noël pourrait bien avoir voyagé le long de la mer Baltique, de la Lettonie à l’Allemagne. Dans les années 1400 et 1500, les pays qui sont aujourd’hui l’Allemagne et la Lettonie faisaient partie de deux grands empires voisins.

Une autre histoire raconte que Saint-Boniface de Crediton (un village du Devon, au Royaume-Uni) a quitté l’Angleterre et s’est rendu en Allemagne pour prêcher aux tribus païennes allemandes et les convertir au christianisme. Il serait tombé sur un groupe de païens sur le point de sacrifier un jeune garçon alors qu’il vénérait un chêne. En colère et pour empêcher le sacrifice, Saint-Boniface aurait coupé le chêne et, à sa grande surprise, un jeune sapin aurait surgi des racines du chêne. Saint Boniface a pris cela comme un signe de la foi chrétienne et ses disciples ont décoré l’arbre avec des bougies afin que Saint Boniface puisse prêcher aux païens la nuit.

Il existe une autre légende, venue d’Allemagne, qui raconte comment l’arbre de Noël a vu le jour

Une fois, par une nuit froide de la veille de Noël, un forestier et sa famille se trouvaient dans leur chalet, réunis autour du feu pour se tenir au chaud. Soudain, on a frappé à la porte. Lorsque le forestier a ouvert la porte, il a trouvé un pauvre petit garçon sur le pas de la porte, perdu et seul. Le forestier l’accueillit dans sa maison et la famille le nourrit, le lave et le met au lit dans le lit du plus jeune des fils (il a dû partager avec son frère cette nuit-là !). Le lendemain matin, le matin de Noël, la famille a été réveillée par un chœur d’anges, et le pauvre petit garçon s’était transformé en Jésus, l’Enfant Jésus. L’Enfant Jésus est allé dans le jardin de devant de la maison et a cassé une branche de sapin et l’a donnée à la famille en cadeau pour le remercier de s’être occupé de lui. Depuis lors, les gens se souviennent de cette nuit en apportant un sapin de Noël dans leur maison !
Un dessin du célèbre arbre de Noël royal de 1848

En Allemagne, les premiers sapins de Noël ont été décorés avec des objets comestibles, comme du pain d’épices et des pommes recouvertes d’or. Ensuite, les verriers ont fabriqué de petites décorations spéciales, semblables à certaines des décorations utilisées aujourd’hui. En 1605, un Allemand inconnu a écrit : « À Noël, ils installent des sapins dans les salons de Strasbourg et y accrochent des roses découpées dans du papier de toutes les couleurs, des pommes, des gaufrettes, des feuilles d’or, des bonbons, etc.

Au début, une figure de l’enfant Jésus était posée sur le sommet du sapin. Au fil du temps, elle s’est transformée en un ange/fée qui a parlé de Jésus aux bergers, ou en une étoile comme celle que les Rois Mages ont vue.

Le premier arbre de Noël au Royaume-Uni pourrait bien avoir été installé par la reine Charlotte, l’épouse allemande du roi George III. En 1800, elle a fait installer un arbre à la Queen’s Lodge de Windsor pour une fête d’enfants destinée aux familles riches et nobles. Très vite, l’idée d’avoir un arbre est devenue populaire auprès de certaines familles riches.

Ils sont devenus très populaires dans tout le pays à partir du milieu des années 1840, lorsque des articles sur « l’arbre royal » ont été publiés dans les journaux. En 1848, un dessin de « l’arbre de Noël de la Reine au château de Windsor » a été publié dans l’Illustrated London News. Il montrait la reine Victoria, son mari allemand, le prince Albert, et leurs jeunes enfants autour d’un arbre installé sur une table. Le dessin a été réédité dans le Godey’s Lady’s Book, à Philadelphie, en décembre 1850 (mais la couronne de la reine et la moustache du prince Albert ont été enlevées pour lui donner un aspect « américain » !)

La publication de ce dessin a contribué à la popularité des arbres de Noël au Royaume-Uni et aux États-Unis.

À l’époque victorienne, le sapin aurait été décoré de bougies pour représenter des étoiles. Dans de nombreuses régions d’Europe, les bougies sont encore utilisées pour décorer les arbres de Noël.

Les « jupes » de l’arbre de Noël ont d’abord été des « tapis » de l’arbre de Noël. Elles étaient faites de tissu épais, souvent décoré et avec des fioritures fantaisistes sur les bords, et étaient utilisées soit sur le sol, soit sur les tables, et allaient sous les arbres et leurs supports – plutôt que « autour » des arbres. Elles servaient à attraper les aiguilles des arbres et à protéger le sol ou les tables contre les gouttes de cire provenant des bougies sur les arbres.

En Allemagne, au début et au milieu du XIXe siècle, il était également « à la mode » d’avoir une scène de forêt et/ou une crèche sous les arbres (surtout si les arbres étaient placés sur des tables) et ces scènes se trouvaient donc également sur les tapis des arbres.

À cette époque, les arbres étaient soit normalement placés dans des pots (s’ils avaient encore des racines), soit attachés à un plus gros morceau de bois ou à un autre support lourd (s’ils avaient été coupés) et les scènes aidaient donc à les cacher.

Dans les années 1860, on a commencé à fabriquer de véritables supports métalliques pour les arbres coupés. Si vous étiez riche, vous pouviez les obtenir dans des formes très fantaisistes – et certains contenaient même des boîtes à musique, ce qui leur permettait de « plumer » des airs de Noël !

Des porte-arbres moins chers sont également apparus et ont été fabriqués à partir de métaux moins chers (et ils n’étaient pas non plus très beaux), si bien que les « tapis » sont devenus plus petits et ont été placés « autour » des porte-arbres pour devenir les jupes de Noël que nous avons aujourd’hui.
Les guirlandes et la légende de l’araignée de Noël

Les guirlandes ont également été créées en Allemagne, où elles étaient à l’origine faites de fines bandes d’argent battu. Mais lorsque les guirlandes en plastique ou fabriquées par l’homme ont été inventées, elles sont devenues très populaires car elles étaient beaucoup moins chères que l’argent véritable et aussi plus légères pour aller sur l’arbre !

Il existe également des histoires folkloriques sur la façon dont les guirlandes ont été créées

Ces histoires semblent avoir commencé en Allemagne de l’Est, en Pologne ou en Ukraine, mais sont également racontées dans certaines régions de Finlande et de Scandinavie. Ces histoires sont aujourd’hui également populaires dans d’autres pays comme les États-Unis, bien que je vive au Royaume-Uni et que la plupart des gens de mon pays n’aient jamais entendu parler de l’histoire ou de la légende !

Toutes les versions de l’histoire impliquent une famille pauvre qui n’a pas les moyens de décorer un arbre pour Noël (dans certaines versions, l’arbre a poussé à partir d’une pomme de pin dans leur maison, dans d’autres, la famille a acheté un arbre dans la maison). Lorsque les enfants s’endorment la veille de Noël, une araignée couvre l’arbre de toiles d’araignée. Puis, le matin de Noël, les toiles d’araignée se transforment comme par magie en fils d’argent et d’or qui décorent le sapin !

Certaines versions de l’histoire disent que c’est la lumière du soleil qui a changé les toiles d’araignée en argent et en or, mais d’autres versions disent que c’est Saint Nicolas / le Père Noël / le Père Noël / das Christkind qui a fait que la magie opère.

Dans certaines régions d’Allemagne, de Pologne et d’Ukraine, on dit que cela porte chance de trouver une araignée ou une toile d’araignée sur son arbre de Noël. Les décorations de l’arbre de Noël en forme de toile d’araignée sont également populaires en Ukraine. Elles sont appelées « pavuchky » (qui signifie « petite araignée ») et les décorations sont généralement faites de papier et de fil d’argent. Vous pouvez même mettre une toile d’araignée artificielle sur votre arbre !
Lumières de l’arbre de Noël

Il y a quelques revendications différentes quant à l’inventeur qui a popularisé les premières guirlandes de lumières « électriques » pour l’arbre de Noël. En 1880, le célèbre inventeur Thomas Edison a placé quelques-unes de ses nouvelles ampoules électriques autour de son bureau. Et en 1882, Edward Johnson, qui était un collègue d’Edison, a assemblé à la main 80 ampoules rouges, blanches et bleues et les a placées sur son arbre dans son appartement de New York (il y avait deux autres guirlandes de 28 lumières montées au plafond !)

En 1890, la société Edison a publié une brochure proposant des services d’éclairage pour Noël. En 1900, une autre publicité de la société Edison proposait des ampoules que l’on pouvait louer, ainsi que leur système d’éclairage, pour les utiliser à Noël ! Un journal de 1891 fait état de l’utilisation par les colons du Montana de lumières électriques sur un arbre. Cependant, à cette époque, la plupart des gens ne pouvaient pas utiliser facilement les lumières électriques des arbres, car l’électricité n’était pas largement installée dans les maisons. Mais les gens riches aimaient se montrer avec des lumières installées juste pour Noël, cela aurait coûté environ 300 dollars par arbre à l’époque, plus de 2000 dollars aujourd’hui !

Les lumières électriques pour les arbres ont été les premières à être utilisées car elles étaient très connues aux États-Unis en 1895, lorsque le président Grover Cleveland a fait décorer l’arbre de la Maison Blanche avec des lumières comme ses jeunes filles les aimaient ! La tradition de l’arbre de Noël national sur la pelouse de la Maison Blanche a commencé en 1923 avec le président Calvin Coolidge.

La première guirlande lumineuse électrique disponible dans le commerce, que plus de gens pouvaient se permettre, a été annoncée en 1903. Une guirlande de 24 lumières coûtait alors 12 dollars ou vous pouviez louer des lumières à partir de 1,50 dollar. C’était encore assez cher, mais bien moins que 300 $.

Ralph Morris, un téléphoniste américain, a également revendiqué la première vente généralisée de guirlandes lumineuses. En 1908, il a utilisé du fil de téléphone pour relier entre elles de petites ampoules provenant d’un central téléphonique et en a décoré un arbre de table. Leavitt Morris, le fils de Ralph, a écrit un article en 1952 pour le Christian Science Monitor, dans lequel il raconte que son père a inventé les guirlandes lumineuses de l’arbre de Noël, car il n’était pas au courant des guirlandes d’Edison.

En 1885, un hôpital de Chicago a brûlé à cause de bougies sur un arbre de Noël. En 1908, des compagnies d’assurance américaines ont tenté de faire adopter une loi interdisant l’utilisation de bougies sur les sapins de Noël en raison des nombreux incendies qu’elles avaient provoqués. Cependant, les gens utilisaient encore des bougies pour allumer les sapins de Noël et les incendies se multipliaient.

En 1917, un incendie provoqué par des bougies de sapin de Noël à New York a donné une idée à un adolescent appelé Albert Sadacca. Sa famille est venue d’Espagne et a fabriqué de nouvelles cages à oiseaux en osier qui se sont allumées. Albert a pensé à utiliser les lumières en longues cordes et a également suggéré de peindre les ampoules de couleurs vives comme le rouge et le vert. Dans les années qui ont suivi, il a créé avec ses frères la société NOMA Electric Company, qui est devenue un nom très connu dans le domaine des guirlandes de Noël (j’ai même de vieilles guirlandes NOMA dans mes décorations de Noël !)

Le plus grand nombre de lumières allumées en même temps sur un arbre de Noël est de 194 672 et a été réalisé par Kiwanis Malmedy / Haute Fagnes Belgium à Malmedy, Belgique, le 10 décembre 2010 !

De nombreuses villes et villages ont leur propre arbre de Noël. L’un des plus célèbres est celui de Trafalgar Square à Londres, en Angleterre, qui est offert chaque année au Royaume-Uni par la Norvège en guise de cadeau de remerciement pour l’aide que le Royaume-Uni a apportée à la Norvège pendant la Seconde Guerre mondiale. Aux États-Unis, la Maison Blanche a un grand arbre sur sa pelouse depuis les années 1920.

Le record du plus grand nombre d’arbres de Noël coupés en deux minutes est de 27 et appartient à Erin Lavoie des États-Unis. Elle a établi ce record le 19 décembre 2008 sur la base des records mondiaux Guinness : Die GroBten Weltrekorde en Allemagne.

Les arbres de Noël artificiels ont vraiment commencé à devenir populaires au début du 20e siècle. À l’époque édouardienne, les arbres de Noël fabriqués à partir de plumes d’autruche colorées étaient populaires dans les fêtes « à la mode ». Vers 1900, la mode était même aux arbres blancs. Si vous pensiez que les arbres colorés étaient une nouvelle invention, ce n’est pas le cas ! Au fil des ans, des arbres artificiels ont été fabriqués à partir de plumes, de papier mâché, de métal, de verre et de nombreux autres types de plastique.

Le plus grand arbre de Noël artificiel mesurait 52 m de haut et était recouvert de feuilles vertes en PVC ! Il a été conçu par le Grupo Sonae Distribuição Brasil et a été exposé au parc Moinhos de Vento, à Porto Alegre, au Brésil, du 1er décembre 2001 au 6 janvier 2002.

Dans de nombreux pays, différents arbres sont utilisés comme arbres de Noël. En Nouvelle-Zélande, on utilise parfois un arbre appelé « Pohutakawa » qui a des fleurs rouges et en Inde, on décore parfois des bananiers ou des manguiers.